Article de : 20minutes

On en oublierait presque que le FC Nantes est déjà éliminé de la Coupe de France. Ce mercredi, au stade des 32es de finale, les Canaris ont été sortis (2-4) par le RC Lens. Une élimination anecdotique compte tenu de ce qu’il se passait en coulisses.

Un peu après 12h30, un journaliste de Télénantes balance un tweet : « Domenech et Nantes, c’est fini ! » L’information fait l’effet d’une bombe sur les réseaux sociaux et commence à circuler à la Beaujoire. Sur le chemin du stade, les joueurs consultent leur mobile et prennent connaissance de la nouvelle. Laquelle aurait été très mal accueillie par  Robert Duverne, adjoint de Raymond Domenech. Le coach nantais n’est même pas présent car il est placé à l’isolement depuis la veille après des tests positifs puis négatifs au Covid-19.

Lors de la reconnaissance de la pelouse par les joueurs à une heure et demie du coup d’envoi, le sujet du limogeage est sur certaines lèvres… Peu après 14 heures, 20 Minutes annonce que Kombouaré remplacera Domenech.

Patrick Collot surpris puis agacé

A 14h45, coup d’envoi du match. Le FC Nantes, qui ouvre pourtant le score par Bamba, est plombé ensuite par des erreurs « dignes d’équipes de divisions régionales », selon Collot, entraîneur intérimaire ce mercredi. Un coach d’abord surpris à la fin du match quand on l’interroge sur le licenciement de Domenech : « Pardon ? Vous me l’apprenez, je ne suis pas au courant de ça. » Collot précise alors comment s’est préparée cette rencontre. « J’étais sur le bord du terrain car Raymond [Domenech] voulait rester en contact avec Robert [Duverne] par rapport aux changements et ce qu’il voyait du match. Raymond a discuté avec les gars en visio à l’hôtel avant le match. »

Relancé sur le limogeage de l’ancien sélectionneur, Collot perd un peu ses nerfs : « Je vais couper court à ça. Ne commencez pas à me parler de ça parce que je ne suis pas au courant donc je ne peux pas vous répondre. Je suis suffisamment agacé de l’élimination. Vous me posez des questions sur des choses que je ne sais pas ! » Peu après 17 heures, Raymond Domenech, sans doute informé sur son sort par les réseaux sociaux ou par des proches, aurait été prévenu par téléphone par le président Kita de son licenciement. La fin d’une journée pas comme les autres.